Indemnités de guerre de 1807 à 1860

A partir des guerres Napoléoniennes les indemnités de guerre deviennent considérables et vont nourrir la volonté de revanche chez les vaincus.

Traité de Tilsit entre Napoléeon Ier et le roi de Prusse (sur le tableau Napoléon avec le roi et la reine de Prusse), incluant une indemnité de guerre que la Prusse ne pourra pas payerUne indemnité de guerre trop lourde imposée à la Prusse par le traité de Tilsit

Lors du traité de Tilsit du 9 juillet 1807, Napoléon qui avait écrasé l’armée prussienne et était entré dans Berlin, ne se contenta pas de réduire considérablement le territoire du royaume de Prusse,  il lui imposa, entre autres obligations, une indemnité de guerre de 100 millions de francs-or *. Cette indemnité avait pour objet de couvrir les frais de l’armée française victorieuse, durant son occupation des territoires allemands ne s’étant pas rangé dans l’alliance avec l’empire français.

* Cette somme était considérable pour l’époque. 

Avec son territoire extrêmement réduit, la Prusse vaincue n’était pas en mesure de payer  ce qui avait été prévu à titre d’indemnité de guerre. Après des divisions internes, le parti de la revanche l’ayant emporté, la Prusse a décidé de reprendre la guerre contre la France de Napoléon dans le cadre d’une coalition avec d’autres puissances européennes.

Une indemnité de guerre pour punir la France vaincue lors du traité de Paris 

Napoléon finalement définitivement vaincu à Waterloo, une grande partie du territoire français est occupé par les troupes des puissances coalisées. La France (redevenue un royaume avec la restauration de Louis XVIII) s’est vu imposer, par le traité de Paris du 20 novembre 1815, une lourde indemnité de guerre de 700 millions de francs-or *, complétée par l’entretien mis à sa charge des armées d’occupation qui garantissaient le paiement par leur présence.

* Selon l’historien économiste François Crouzet, l’indemnité de guerre imposée à la France lors du traité de Paris de novembre 1815 aurait été « la plus élevée jamais payée par une nation, par rapport à son PIB » (produit intérieur brut : total  de la production de richesse du pays).

La France, dont les ressorts économiques n’avaient pas été brisés par la défaite, parvint à payer intégralement cette colossale indemnité de guerre. De ce fait, l’occupation a pu être levée au printemps 1819, au moyen du paiement de l’indemnité dont le montant a été alourdi par l’endettement qui a été nécessaire pour son financement et l’entretien des armées d’occupation (emprunt auprès des deux plus grandes banques étrangères, les Banques Bahring de Londres et Hope d’Amsterdam).

A Andrinople, la Russie impose une indemnité de guerre à l’empire Ottoman

Le 14 septembre 1829 est conclue à Andrinople (aujourd’hui Edirne) un traité entre les empires Russe et Ottoman (Turc), après que le sultan se soit vu contraint de demander la paix, après une guerre déclenchée l’année précédente par la Russie. Par le traité d’Andrinople, la Russie s’étend le long des rives de la mer Noire, peuplées de chrétiens orthodoxes, pontiques, géorgiens du côté du Caucase, roumains et russes à l’ouest.

Une lourde indemnité de guerre est imposée par la Russie à l’Empire Ottoman, en plus de la cession de territoires. En garantie pour le paiement de l’indemnité, la Russie établit un protectorat sur la Moldavie et la Valachie, qui étaient ottomanes depuis le XVe siècle.  

Indemnité de guerre à la suite de la première guerre de l’opium

Guerre de l'Opium - Indemnité de guerre pour compenser le déplacement des troupes et l’opium détruitAu début du XIXème siècle, la vente d’opium importée en Chine atteint des proportions considérables. L’empereur chinois veut s’attaquer à ce problème de santé publique en interdisant l’importation d’opium et en faisant détruire les stocks des marchands étrangers qui faisaient rentrer l’opium. En réaction, les Britanniques soutiennent leurs marchands en Chine, et déclenchent une guerre en 1839 avec l’Empire chinois. Les Britanniques l’emportent facilement.

Le traité de Nankin mettant fin au conflit (29 août 1842) donna aux britanniques le libre commerce de l’opium, ainsi que de nombreuses concessions (dont Hong-Kong qui devient colonie britannique) et une indemnité de guerre pour compenser le déplacement des troupes et l’opium détruit par les chinois. Cette indemnité de guerre a été fixée à 21 millions de Yuans soit 1/3 des finances publiques du gouvernement impérial chinois.

Augmentation des indemnités après la seconde guerre de l’opium

En 1854, les représentants de Grande-Bretagne, France et Etats-Unis en poste en Chine sont allés trouver les autorités chinoises pour demander une révision à la hausse de leurs avantages prévus par des traités déjà absolument inégaux.

Les chinois ne voulant pas accepter de nouvelles concessions, Les britanniques et les français, profitent de deux incidents pour déclencher une nouvelle guerre (1856-1860). Les américains et les russes se mêlent au conflit comme médiateurs. Les traités de Tianjin, de Shanghai et de Pékin amènent de nouvelles et considérables concessions au profit des britanniques, des français, des américains et des russes. Entre autres mesures : le commerce de l’opium est complètement légalisé, les indemnités de guerre sont augmentées et des travailleurs chinois doivent aller travailler dans différents autres pays…

A lire aussi :

Sources : wikipedia.org : Indemnité de guerre, Traités de Tilsit, Traité de Paris (1815), Première guerre de l’opium, Seconde guerre de l’opium ; herodote.net : 7 juillet 1807 Le traité de Tilsit, 20 novembre 1815  Traité de Paris et fin de l’Empire, 29 août 1842 Le traité de Nankin met fin à la guerre de l’opium, 24 octobre 1860 «Seconde guerre de l’opium» et traité de Pékin ; mjp.univ-perp.fr : Digithèque MJP Grands traités politiques Traité de paix de Paris (1815) ; dictionnaire.sensagent.leparisien.fr : Guerre russo-turque de 1828-1829 ; youtube.com/watch?v=l8co4fjgF30&vl=fr   En quoi la première guerre de l’opium est-elle mercantile ? ; wikisource.org : G. Valbert La Guerre Russo-Turque en 1828 et en 1877 Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 24, 1877.

© Indemnité – La marque et le contenu du site indemnité.fr sont soumis à la protection de la propriété intellectuelle. Le site Indemnité est le 1er site complet d’expertise autour des indemnités. Article : Les indemnités de guerre de 1807 à 1860. Les mots clés sont : indemnité de guerre ; guerres napoléoniennes et indemnités de guerre ; Etat vainqueur ; vaincu ; Traités de Tilsit ; Traité de Paris de 1815 ; guerre de l’opium et indemnités de guerre ; guerre russo-turque.